TITRE : La baise avec Camille
Catégorie : 
Histoire érotique

Accueil Histoire érotique Histoires Erotiques

J'avais fait la connaissance à l'université d'une superbe fille nommée Camille. Elle était blonde, cheveux courts, 24 ans. Camille me faisait souvent bander lorsque je matais son beau cul de salope et ses beaux magnifiques. Elle était super sympa avec moi et nous avions un bon feeling ensemble. Un après-midi, elle m'invita dans son studio. Je devais ainsi la rejoindre chez elle vers 14h00. Arrivant à sa porte, je sonnai. Là, je l'entendis me demander d'entrer. Ce que je fis. Je ne la voyais toujours pas. J'enlevai malgré tout mes chaussures pour ne pas salir la moquette. L'unique porte était entrouverte.
L'ouvrant entièrement pour rentrer dans la pièce, je crus que j'allais tomber dans les pommes. Camille était allongée sur le canapé, en sous-vêtements. Elle n'avait que son body blanc qui lui couvrait le corps. Elle avait les cuisses bien décalées pour que je puisse voir son beau cul et sa jolie chatte. Elle avait retroussé sa culotte de façon à ce qu'elle fasse comme un string. Putain quelle nana !!!


Je sentis dès lors ma bite gonfler dans mon pantalon, prête à jouir. Camille me regardait avec un sourire malicieux, contente de l'effet qu'elle me faisait. Elle me demanda alors, de sa douce voix, de me déshabiller. En moins de deux, je me foutais à poil. Je tenais désormais ma bite à pleine main et je me masturbais délicatement pour la gonfler au maximum. Je voyais entre les cuisses de Camille les poils noirs et frisés de sa belle chatte sous sa culotte blanche. La dentelle avait de larges trous, ce qui laissait apparaître la vulve. Camille me demanda alors d'approcher. Ayant ma bite à côté d'elle, elle la prit à pleines mains et me fit approcher de sa bouche. Elle commença alors à me masturber très lentement pour sentir toute la grosseur et la longueur de mon sexe entre ses doigts. Sentant ainsi sa main remuer sur le manche de ma queue, je crus un instant que j'allais lui décharger dessus. Camille avait les yeux levés vers moi, lisant sur mon visage l'excitation qu'elle me procurait. Puis les baissant vers ma queue, elle me décalotta tout en douceur. Sentant la peau de ma bite s'écarter et glisser le long de mon gland rose, Camille me fit gémir de jouissance. Je mouillais déjà énormément. Camille ouvrit ses lèvres sensuelle et avala ma queue. Je m'engouffrai dans sa bouche et glissai le long de sa langue, je ne pus m'empêcher de gémir :

- Oh ouiiii ! C'est bon !

Camille gémit à son tour pour m'exciter encore plus, montrant qu'elle aimait ma queue. Elle tenait mon manche à pleines mains et, l'agitant lentement, elle me suçait le gland qui gonflait de plus en plus. Je sentais ce gland s'attendrir à son passage entre les lèvres de Camille, qui fermait les yeux pour mieux déguster la friandise. Jamais je n'aurais pensé que cette fille, semblant si sage, était si chaude au lit. Elle savait sucer les hommes et cela se voyait. Elle me dégustait en douceur pour ne pas me faire jouir. Je sentais mon prépuce glisser merveilleusement le long de sa langue. Une fois ma bite bien gonflée et bien dure, Camille me demanda de la baiser. Elle dégrafa alors son soutif dans le dos pour que ses beaux seins me soient plus accessibles pendant l'amour. Me mettant derrière elle, je passai ma main sous sa culotte pour lui caresser la chatte. Camille avait le pubis complètement poilu, ce qui retenait la chaleur et l'humidité de sa belle chatte. En effet, Camille mouillait abondamment. En la caressant, je faisais clapoter ses petites lèvres, que j'écartais en y passant mon majeur. Je glissais mes doigts de long de sa fente, sans la pénétrer. En quelques secondes, ils furent trempés de cyprine. Camille me redemanda alors de la baiser. Je me mis au-dessus d'elle. Prenant ma queue entre mes doigts, je la rapprochai de sa fente. Je sentis alors contre mon gland les lèvres de son vagin s'écraser et s'écarter. Mon gland glissa alors contre sa vulve trempée de mouille, l'inondant au passage. Puis, continuant d'appuyer, je m'insérai centimètre par centimètre dans son vagin humide et brûlant. Sentant mabite entrer en elle, je me pus m'empêcher de lâcher un grand râle de jouissance. C'était une sensation unique et merveilleuse. Camille aussi gémît très profondément, sentant mon pieu jusqu'au plus profond d'elle. Une fois ma queue entièrement insérée en elle, je me couchai sur elle pour la baiser. Passant mon bras gauche sous son body, je me mis à lui peloter les seins. Elle avait de beaux seins aux tétons qui durcissaient et le fait de caresser une si belle paire de nibards m'excitait énormément. Je commençai alors à aller et venir en elle très délicatement. Sa petite fente clapotait à chaque pénétration, car elle était tendre et inondée de mouille. À chaque entrée, je sentais le beau cul de Camille s'écraser et frotter contre mon bassin, ce qui m'excitait plus que tout. Je réalisai que j'étais en train de baiser une superbe femme. Elle en voulait plus que jamais. Mon pieu lui pilonnait délicatement la fente, la faisant mouiller toujours plus. L'odeur de sa chatte envahissait peu à peu la pièce, ce qui m'excitait plus encore. Camille, dans un gémissement profond, me dit alors :

- Ouiii ! Défonce-moi le minou ! J'adore ça !

Ses dires m'excitaient encore plus, m'incitant à la pénétrer plus violemment. Alors, j'augmentai mes coups de reins, de façon à ce que ma queue lui pilonne la fente plus violemment et rentre plus profondément en elle. Je continuai de lui peloter ses beaux seins à pleines paumes. Ils balançaient légèrement à chaque pénétration. Le beau cul de Camille me tentait de plus en plus. Alors, me redressant légèrement, je me mis à la culbuter plus fort. Camille remuait au rythme de mes coups de queue pour se faire jouir elle aussi. Par moment, ses fesses fermes claquaient contre mon bassin. Sa belle chatte clapotait de plus en plus, la cyprine m'inondant de part en part. je sentais ma bite trempée de mouille, ce qui facilitait les pénétrations puissantes et profondes. Camille fermait les yeux de jouissance, tellement sa chatte lui faisait du bien. Je sentais mon gland lui écarteler les parois du vagin humide à chaque pénétration, glissant merveilleusement entre celles-ci. Camille cambrait de plus en plus son bassin pour accueillir mes puissants coups de pieu. J'étais désormais sur le point de jouir. Je sentais, contre mes grosses couilles pleine de sperme, sa culotte trempée de cyprine. Cela me donna l'envie d'éjaculer entre sa chatte et son slip, car je ne savais pas si Camille avait pris la pilule et il me sembla irrévérencieux de lui demander à cet instant précis. Alors, la pénétrant une ultime fois, je sentis ma bite se raidir et être parcourue de violents spasmes de jouissance. Je sortis alors mon canon de sa chatte et un puissant jet de sperme vînt lui inonder la fente. Je râlai de jouissance. Camille, pour me faire jouir encore plus fort, passa sa main le long de ma verge. Je sentis ainsi ses doigts me caresser le prépuce au-dessus de sa culotte que j'inondais de sperme, ce qui me faisait
jouir et râler de plus belle. Je déchargeai comme un taureau, me vidant littéralement les couilles.


Une fois l'éjaculation terminée, je me laissai reprendre mes forces, allongé sur Camille. Elle continua de me caresser la bite pour garder mon excitation et profiter des dimensions de mon sexe. Sa culotte était archi trempée de sperme et de mouille. Il en coulait même sur son canapé. Nous restâmes ainsi un long moment, dégustant le moment délicieux que nous venions de passer.


Auteur

 

Accueil Histoire érotique Histoires Erotiques




Partenaire de communication avec logiciel fax internet
Nom de domaine et hebergement internet