TITRE : Jeux de voyeurs
Catégorie : 
Histoire érotique
Histoire érotique sponsorisée par :Les suceuses
Cliquez ici pour L'Histoire du jour

GRATUIT !! Indiquez votre adresse email pour être informé des mises à jour :
Accueil Histoire érotique Photos Erotiques Vidéos X Vidéos amateurs Histoires Erotiques

C'est la semaine avant Noël, je suis invité à une conférence sur le futur de l'informatique à Paris. J'ai été invité à cette conférence car j'étudie l'informatique et je travaille, en particulier sur les applications du futur. C'est une chance pour moi de rencontrer les meilleurs spécialistes de l'informatique alors que je n'ai que 21 ans. Tous les invités logent dans des chambres doubles d'un grand hôtel très luxueux de Paris. Lorsque j'arrive le soir à l'hôtel, je passe à la réception prendre ma clé, puis monte au 15ème étage. Arrivé devant la porte de la chambre 215, j'introduis la clé dans la serrure et, à peine ai-je tourné la clé dans la serrure que la porte s'ouvre. C'est la personne qui s'est vue attribuer la même chambre que moi. J'ai l'heureuse surprise de découvrir une magnifique femme brune d'environ 35, 40 ans. Elle m'accueille en me disant :

- Bonjour monsieur, je crois qu'on va loger dans la même chambre durant ces 3 prochains jours !

Je me dis à cet instant que j'ai énormément de chance de me retrouver dans la même chambre que cette très belle femme. Je rentre dans la chambre puis je pose mon sac sur le lit qui reste libre. On discute un moment pour faire un peu connaissance, on parle d'informatique, on parle du domaine dans lequel on travaille, on parle même de nos idées sur le futur de l'informatique. C'est alors qu'elle me dit quelle souhaite prendre une douche avant d'aller à la réunion d'accueil qui a lieu dès ce soir. Elle va dans la salle de bain pour prendre sa douche et pendant ce temps je range mes affaires, puis elle me demande si je veux bien lui apporter une serviette car elle l'a oubliée. Je pénètre donc dans la salle de bain, une serviette à la main, l'ambiance est très chaude et humide, tous les miroirs sont recouverts de buée. Et là qu'elle est ma surprise de la voir se passer le pommeau de douche sur les seins. Elle a une poitrine très, très avantageuse. Elle a, en effet, l'air de prendre vraiment plaisir à sentir le jet d'eau caresser ses mamelons, puis couler jusqu'à son entrejambe. Je suis d'ailleurs étonné de voir sa chatte tellement touffue qu'elle n'a pas dû être rasée depuis déjà quelque temps. J'entrebâille à peine le rideau de douche pour lui donner la serviette et elle pousse un petit cri car elle ne m'avait pas entendu arriver. Elle prend donc la serviette un peu gênée, car elle doit se douter que je l'ai vue se donner du plaisir sous la douche. Après s'être séchée, elle sort de la salle de bain et je dois dire qu'habillée juste de sa serviette, elle est vraiment très belle et très attirante. Elle me dit alors :

-C'est à votre tour d'y aller, mon cher, profitez bien de cette douche, elle est vraiment très agréable !

Je rentre dans la salle de bain, je me déshabille et je vois qu'elle a laissé ses affaires sur le petit placard. Je suis tout de suite attiré par l'odeur très forte mais très agréable de sa culotte. Je la repose aussitôt de peur qu'elle rentre à ce moment là et qu'elle ne me voit à moitié nu, sa culotte à la main. Je rentre donc immédiatement dans la douche. Toutes ces histoires m'ont tellement excité que je bande sous la douche comme jamais auparavant. Sous l'effet de l'excitation je commence à me masturber, mais je m'interromps sur le coup car j'entends la porte s'ouvrir. La belle brune, source de mon excitation, rentre dans la pièce et c'est alors à mon tour de me sentir terriblement gêné. Elle me dit :

- Je vous apporte votre serviette, vous l'aviez tout comme moi oublié.

Je la remercie d'une toute petite voix, compte tenu de ma gêne, elle me tance alors :

-Ne soyez pas gêné parce que je vous vois tout nu, vous savez j'ai 36 ans, alors même si vous êtes jeune, vous devez vous douter que j'ai déjà vu beaucoup d'hommes nus... Et ne soyez pas non plus embarrassé parce que vous étiez en train de vous masturber, car quand vous êtes entré tout à l'heure, je me touchais moi aussi, c'est normal de se donner du plaisir...
Et tiens, ne me dis plus madame, je m'appelle Marie, je n'ai qu'une quinzaine d'années de plus que toi, je suis pas assez vielle pour que tu me dise madame et puis tu as pu te rendre compte que j'avais un très beau corps, hein, je suis sûr que même les jeunes filles avec qui tu couches d'habitude n'ont pas un aussi beau corps que moi n'est-ce pas ?

J'ai à peine le temps de lui répondre qu'elle ouvre d'un coup le rideau de la douche, laisse tomber à terre sa serviette, et me rejoint.

- Alors, tu vois t'as plus aucune raison d'être gêné, nous sommes tous les deux complètement nus. As-tu déjà eu des expériences avec une femme expérimentée de plus de 30 ans, comme moi ou bien n'as-tu connu que des filles de ton âge ?
- Non heu, c'est vrai vous êtes la première vrai femme que je vois comme ça toute nue en face de moi.
- Quoi qu'il en soit, je vois que je te plaîs, ta bite est dure et bien dressée. Qu'est-ce que t'attends, profites-en, touche-moi.

Je suis scié, il y a à peine une heure, je ne connaissais même pas cette femme et maintenant, je me retrouve tout nu en train de bander devant elle dans une baignoire. Nos deux corps se retrouvent ainsi vite en sueur. J'approche alors ma main de son gros sein gauche et je le touche à peine qu'il pointe. Cela m'excite de penser à toutes les choses que cette femme frétillante peut m'apprendre sur le sexe. Après lui avoir bien malaxé les seins, j'approche mes lèvres de sa nuque et je l'entend glousser de plaisir lorsque je l'embrasse avant de la lécher dans le cou. Pendant que je lui donne du plaisir avec ma bouche, elle ne perd pas son temps et j'apprécie assez qu'elle parcourt mon corps avec ses mains avant de s'en prendre à mon sexe. Elle vient se positionner derrière moi et me dit :

- Tu vois, moi aussi je peux te branler, mais n'éjacule pas trop vite, on commence à peine. Tu vas voir ce que tu vas voir. Les jeunes filles que t'as baisées jusqu'à présent ne connaissaient rien au sexe, je vais te faire découvrir la vraie jouissance au cours de ces 3 jours.

Elle me demande de m'allonger dans la douche, me met un préservatif et s'empale sur ma grosse bitte qui n'attendait que ça. Pendant qu'elle va et vient, s'enfonçant sur mon sexe de plus en plus profondément, je lui tripote les seins, les tire, les tord, ça les fait durcir et grossir. C'est assez obscène de les voir se balancer comme ça, de haut en bas comme des élastiques. Puis j'approche ma main droite de ses fesses et, après les avoir caressé, je lui fourre un doigt dans l'anus, puis deux, ce qui me permet de me rendre compte qu'elle n'a pas le trou du cul étroit. Je ne m'attendais pas à ce que le mouvement de mes doigts dans son cul lui donne autant de plaisir. À chaque fois que j'essaye de l'enfoncer encore plus profondément, elle pousse des petits cris de jouissance. Lorsqu'elle n'en peut plus de faire des va-et-vient sur mon sexe, elle se retire pour me finir à la main et m'implore de lui exploser sur la poitrine. J'éjacule donc sur ses seins et je dois dire que je n'avais jamais fait sortir autant de sperme d'un seul coup, surtout que je ne débande pas car ça m'excite de la voir prendre plaisir à se toucher les seins maintenant recouvert de tout mon sperme.


Après avoir repris nos esprits, nous prenons vite une douche pour nous débarrasser du sperme et nous rafraîchir, afin de ne pas arriver en retard à la réunion d'ouverture du colloque. Pendant un entracte du colloque, voilà qu'elle m'entraîne aux toilettes. À peine ai-je fermé la porte qu'elle enlève sa culotte, afin que je lui lèche la chatte. J'avais jamais fait ça auparavant et ça m'effrayait un peu car je n'avais jamais vu une chatte aussi touffue que la sienne. Malgré mon appréhension, j'approche ma bouche de cette grosse touffe vraiment très odorante et j'introduis ma langue dans son vagin, je la remue, je la lèche vigoureusement. Sans qu'elle n'ait besoin de me dire que je le fais très bien, je peux m'en apercevoir en sentant son chaud liquide vaginale ruisseler. Je ne connaissais pas cette sensation mais je dois bien avouer que c'est vraiment très agréable de lui lécher la chatte et de remuer ma langue dans sa vulve chaude et gluante. Après l'avoir fait encore bien jouir, je me relève afin de me nettoyer le visage, je ne peux plus ressortir des toilettes comme ça, j'ai de la mouille sur tout le visage et ça commence à me couler sous le menton. Pendant que je me lave le visage au lavabo, je peux la voir dans la glace assise sur la cuvette, la jupe remontée et deux doigts dans la chatte. Quel incroyable appétit sexuel ! Nous ressortons des toilettes pour retourner à la salle de conférence mais au lieu de remettre sa culotte, elle l'a fourre dans son sac. Sans aucune gêne, elle se promène donc au milieu de la foule, complètement nue sous la jupe de son tailleur. Cette femme commence à me plaire de plus en plus, pas juste parce qu'elle me fait découvrir les plaisirs du sexe, mais surtout parce que j'aime l'audace dont elle fait preuve.


Mais en fait je l'avais mal jugée. Non seulement elle se comporte durant toute la cérémonie d'ouverture comme une vraie femme de la haute mais elle connaît tout le gratin de l'informatique mondiale. Je suis très heureux d'être présenté à toutes ces personnalités, ça pourra peut-être me servir plus tard. Quand elle voit mon étonnement, elle me rassure en me disant :

- Tu sais, je n'ai couché avec aucune de toutes ces personnes. Si je connais tout le monde, c'est tout simplement parce que je suis la directrice d'une des meilleurs entreprises du genre et que mon père est un riche banquier. Je dois te dire en fait que tu es le premier homme avec qui je me laisse aller comme ça. Avant j'étais très timide, mais depuis peu, j'ai décidé de me lâcher et de faire plein de choses qui peuvent paraître anticonformistes. J'en ai juste marre de de respecter les règles établies. Et j'ai l'impression que tu va bientôt devenir comme moi, non ?

J'acquiesce, que dire de plus ??? Sur ces paroles, elle nous entraîne au sous sol, à la blanchisserie. C'est une pièce assez grande avec du linge blanc partout, des draps et des serviettes. Nous nous cachons derrière une pile de draps, au cas où quelqu'un entrerait. Marie baisse mon pantalon et mon slip d'un seul coup. Elle enfourne immédiatement mon sexe encore tout mou. Le mouvement rapide de sa langue, enrobant mon gland, déclenche immédiatement une érection. Elle me suce et me lèche jusqu'aux testicules, elle me pompe la bite tellement fort que j'ai l'impression qu'elle va me faire sortir le sperme, comme quand on aspire un liquide avec une paille. Je suis tout d'un coup très déçu, car elle se décide d'arrêter la pipe avant que j'ai pu lui éjaculer au visage. Mais à mon plus grand bonheur, elle m'annonce que je vais faire l'expérience d'une chose qui m'est encore inconnue.

- Je paris que tu n'as encore jamais pris une femme par derrière, tu vas voir !

Après m'avoir enfiler un préservatif rose, elle me lubrifie la bite pour que je la pénètre plus facilement. Elle quitte carrément son tailleur et se met à quatre pattes, le cul bien dressé. Je trouve cela un peu obscène mais tout de même très excitant. Ses gros seins pendent et touchent presque le sol, son anus s'écarte pour que j'y pénètre. Je l'encule d'un seul coup, elle pousse un cri mais malgré ça, elle en redemande. Je vais donc d'avant en arrière, je la bourre violemment, elle a les seins qui balancent comme de grosses masses molles. Je continue à la défoncer tant que je peux, jusqu'à ce que je sente le jus arriver. Je me retire alors, arrachant la capote et la retournant pour lui éjaculer au visage. C'est à ce moment là, qu'une jeune femme entre dans la blanchisserie et nous aperçoit, dans cette position plus que gênante. Sur le coup, elle a un peu peur, mais surtout elle prend la couleur d'une tomate. Marie l'oblige à venir près d'elle et lui enlève délicatement sa robe de femme de ménage. Elle s'appelle Sophie, elle un peu timide mais Marie fini par la décoincer à force de l'embrasser...


Marie ne se fait pas prier pour lui tripoter les seins et les lui pincer. Les aréoles gonflent de plaisir et Sophie a l'air heureuse, elle n'a jamais été aussi excité, nous confie-t-elle. Après que Marie l'ai encore plus chauffée en lui caressant les fesses, elle la fait s'allonger et lui dit de se laisser faire. Je tente de refaire avec Sophie ce que j'ai déjà fait avec Marie, en lui léchant la chatte, mais à peine ai-je approché ma langue que je me rends compte qu'elle n'a pas la vulve aussi humide, elle ne mouille pas assez pour que ce soit suffisamment agréable. Je commence alors par la pénétrer avec mes doigts, et je remue à l'intérieur tant que je peux, j'enfonce jusqu'à la faire crier, mais elle me dit de ne surtout pas arrêter. Mais des que j'aperçois son doux liquide commencer à couler au bord de ses lèvres, je me précipite pour plonger ma langue au plus profond de son chaud vagin. Pendant que je la lèche, Marie me caresse les fesses et me lèche un peu partout jusqu'à ce que je sois presque entièrement recouvert de salive. Quand Sophie atteint l'orgasme tant attendue, Marie lui intime de me tailler une pipe tandis que nous nous livrons à la plus mouillée des séances de baisers. Nous mélangeons nos deux langues avec une telle passion que la salive coule partout le long de notre cou. Une fois nos péripéties terminées, nous nous rhabillons tous, puis nous repartons en laissant Sophie seule, tout en lui promettant de remettre ça...


Auteur

Accueil Histoire érotique Photos Erotiques Vidéos X Vidéos amateurs Histoires Erotiques